Accueil > Glossaire du Dros > Glossaire - lettre R

Glossaire - lettre R

Glossaire des études du Dros

 

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

 

Relais d’assistantes maternelles :

Les relais assistantes maternelles (Ram) sont des lieux d’information, de rencontre et d’échange au service des parents, des assistantes maternelles et des professionnels de la petite enfance.

Résidences secondaires et logements occasionnels :

Une résidence secondaire est un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. Les logements meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques sont également classés en résidences secondaires.
Un logement occasionnel est un logement ou une pièce indépendante utilisés occasionnellement pour des raisons professionnelles (par exemple, un pied-à-terre professionnel d'une personne qui ne rentre qu'en fin de semaine auprès de sa famille).
La distinction entre logements occasionnels et résidences secondaires est parfois difficile à établir, c'est pourquoi les deux catégories sont souvent regroupées.

Reste à charge :

Différence entre le montant dépensé et la somme des montants remboursés par le régime obligatoire et le régime complémentaire.

Revenu de solidarité active :

Le dispositif revenu de solidarité active (RSA) s’inscrit dans une politique d’insertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté, exerçant ou non une activité. Ce dispositif se compose de deux volets :

  • une incitation financière, qui vise à garantir un revenu qui varie en fonction des ressources et de la composition du foyer ;
  • un accompagnement dans ou vers l’emploi, afin de favoriser l’accès à un emploi durable par la mise en œuvre d’un accompagnement social ou professionnel.

Le RSA peut être soumis à l’obligation d’entreprendre des actions favorisant une meilleure insertion professionnelle et sociale. Il est versé par les Caisses d’allocations familiales et les Mutualités sociales agricoles, et n’est pas limité dans le temps : la personne peut conserver le même montant de RSA tant que sa situation ne change pas. L’État et les départements cofinancent cette prestation.
Le RSA a plusieurs composantes :

  • le RSA socle seul s’adresse aux personnes qui n’ont pas de revenus d’activité ;
  • le RSA socle et activité s’adresse aux personnes qui ont des revenus d’activité inférieurs au montant forfaitaire ;
  • le RSA activité seul s’adresse aux personnes qui ont des revenus d’activité supérieurs au montant forfaitaire ;
  • le RSA majoré peut se décliner dans toutes les composantes du RSA : RSA majoré socle seul, RSA majoré socle et activité, RSA majoré activité seul. Le montant forfaitaire du RSA peut être « majoré », au titre de l'isolement, pour les parents isolés (comme cela était le cas pour l’API, l'Allocation pour Parent Isolé).

 

RSA Jeunes :

En septembre 2010, le RSA a été étendu aux jeunes âgés de 18 à 25 ans sans enfant à charge ni grossesse en cours, résidant en France métropolitaine. Les allocataires du RSA jeunes doivent avoir exercé, au cours des trois années précédant leur demande de RSA, une activité pendant au moins l’équivalent de deux années d’activité à temps plein (en cas de périodes de chômage indemnisé, la période de référence de trois ans peut être prolongée au maximum de six mois).
Le RSA jeunes concerne 677 personnes dans la région. Sa récente mise en place, en septembre 2010, explique en partie la faiblesse de ces effectifs ; mais les conditions d’ouverture de droits (avoir travaillé deux ans sur les trois dernières années) peuvent apparaître comme un frein à la prestation. En raison de ces conditions d’ouverture de droits, ils sont plus nombreux dans la composante RSA activité seul (66,5 %) que dans la composante RSA socle seul (23,8 %).

Revenu fiscal :

Le revenu fiscal correspond à la somme des ressources déclarées par les contribuables sur la « déclaration des revenus » (formulaire n°2042), avant tout abattement. Le revenu fiscal comprend ainsi les revenus d’activité salariée et indépendante, les pensions d’invalidité et les retraites (hors minimum vieillesse), les pensions alimentaires reçues (déduction faite des pensions versées), certains revenus du patrimoine, ainsi que les revenus sociaux imposables : indemnités de maladie et de chômage. Cela n’inclut pas les prestations telles que les minima sociaux, aides au logement, prestations familiales…

Revenu médian :

En ordonnant la distribution des revenus, la médiane est la valeur qui partage cette distribution en deux parties strictement égales. La médiane est le revenu au-dessous duquel se situent la moitié des individus et au-dessus l’autre moitié.
De nombreuses grandeurs économiques sont limitées vers le bas et non vers le haut. Par exemple, le salaire horaire est limité vers le bas par le SMIC alors que certains salaires peuvent être très élevés. La moyenne est tirée vers le haut par les salaires élevés, même s'ils sont peu nombreux, et elle est pour cette raison généralement supérieure à la médiane.
Par ailleurs, l'incertitude qui affecte les valeurs extrêmes, en particulier les valeurs très élevées, se reporte sur la moyenne mais n'affecte pas la médiane. Celle-ci est de ce point de vue un indicateur plus fiable.