Accueil > Le DROS a retenu pour vous > DROS Retenu ailleurs

DROS Retenu ailleurs

08 07 2020 11:42 Il y a : 26 days
Logement

Vivre chez ses parents ou chez une autre personne à l’âge adulte - Profil des adultes ne figurant ni sur le titre de propriété, ni sur le bail de location du logement

Un adulte sur sept vit chez autrui – DREES, Juin 2020

Dans un contexte où la part du revenu consacrée aux dépenses de logement s’est accrue pour les locataires depuis les années 2000 et où la hausse des prix immobiliers freine l’accession à la propriété, vivre chez autrui à l’âge adulte représente une des solutions alternatives lorsqu’il est difficile d’accéder à un logement à soi.

D’après l’enquête Logement de l’Insee de 2013, 7,3 millions d’adultes habitent chez autrui, soit 14 % des adultes. Ils ne figurent ni sur l’acte de propriété, ni sur le bail de location. Ce critère permet de couvrir une population beaucoup plus large que celles des « hébergés contraints », définis habituellement par l’Insee. Ainsi, seuls 6 % des adultes vivant chez autrui sont considérés comme étant des « hébergés contraints ».

4,7 millions d’adultes résident chez leurs parents, dont un sur cinq est revenu vivre au domicile parental. De plus, 2 millions d’adultes habitent chez leur conjoint – et pourraient donc se trouver en situation de vulnérabilité en cas de rupture conjugale. Également, 160 000 adultes résident chez un de leurs enfants : cette situation concerne en particulier 3 % des femmes âgées de 75 ans ou plus. Enfin, 270 000 adultes vivent chez un autre membre de leur famille et 70 000 adultes vivent chez un tiers sans lien familial.

En outre-mer, habiter chez autrui à l’âge adulte est plus répandu qu’en métropole : cela concerne près d’un adulte sur quatre contre un sur sept en France métropolitaine. Ces adultes sont à la fois plus nombreux à n’être jamais partis de chez leurs parents et à vivre chez leur conjoint.

 

Consulter le rapport

Consulter les données

En savoir plus




<- retour vers Le DROS a retenu pour vous